– Programme Dochamps 18 novembre 2018 avant la pause


Aujourd’hui, vous trouvez la partie de notre programme avant la pause du Concert d’Automne à Dochamps.
Vous avez déjà noté la date? Le dimanche 18 novembre 2018 à 16h00 en l’église de Dochamps.
Dans des blogs précédents, vous pouvez lire des explications, les textes et les traductions de certains airs.
Nous espérons de vous voir la semaine prochaine! Les gens de l’église vous offriront un verre après!

Voici le programme de la première partie du concert:
“La Speranza è giunta”, extrait de l’ opéra “Ottone, Re di Germania” de G. F. Haendel
“Vieni o figlio”, extrait de l’ opéra “Ottone, Re di Germania” de G. F. Haendel
“Ah ! si la liberté”, extrait de l’ opéra « Armide » de J. B. Lully
“Venez, venez, Haine implacable”, extrait de l’ opéra « Armide » de J.B. Lully
“Fantaisie pour flûte n° 2 en A mineur” de G. Ph. Telemann, solo Marijke Verbeeck
“Giunse al fin / Deh vieni non tardar”, extrait de l’ opéra « Le nozze di Figaro » de W.A. Mozart
“Se cerca, se dice” extrait de l’ opéra « L’Olimpiade » de A. Vivaldi
“La Caverneuse, extrait de la Première Suite pour clavecin” de J.B. de Boismortier, solo Gérard Lambert
“Le Basque”, du “Premier Livre de pièces de clavecin” de J. Boutmy, solo Gérard Lambert

Passez une bonne semaine!

Marijke Persijn 

– Texte et traduction de l’Aria des Roses de Susanne

L’autre jour je vous racontais de l’opéra “Le Nozze de Figaro”(“Les Noces de Figaro”) de Mozart et de Susanne et Figaro, le Comte d’Almaviva et son épouse, la Comtesse. Cette fois je vous présente le texte du récitatif et de l’aria de Susanne, la servante de la Comtesse, qu’elle chante dans la quatrième acte.

Récitatif 

SUSANNA
Giunse alfin il momento, che godrò senza affanno in braccio all’ idol mio! Timide cure! Uscite dal mio petto, a turbar non venite il mio diletto! Oh come par che all’ amoroso foco l’ amenità del loco, la terra e il ciel risponda, come la notte i furti miei seconda!

Voici enfin l’instant où je vais connaître un bonheur sans nuages dans les bras de mon amour! Craintes pudiques! Quittez mon cœur! Ne venez pas troubler ma joie. Oh! On dirait que le charme de ce lieu, la terre et le ciel répondent à mon ardeur amoureuse, comme la nuit facilite ma faute!

Aria

Deh, vieni, non tardar, o gioia bella, vieni ove amore per goder t’appella, finché non splende in ciel notturna face; finché l’ aria è ancor bruna, e il mondo tace. Qui mormora il ruscel, qui scherza l’aura, che col dolce sussurro il cor ristaura, qui ridono i fioretti e l’erba è fresca, ai piaceri d’amor qui tutto adesca.
Vieni, ben mio, tra queste piante ascose. Vieni! vieni! Ti vo’ la fronte incoronar di rose!

Ah, viens, ne tarde plus, ô joie divine! Viens là où l’amour t’appelle au plaisir, tant que l’astre nocturne ne luit pas là-haut, tant que la nuit est encore sombre et que le monde se tait. Ici murmure le ruisseau, ici s’égaie l’air qui ranime le cœur avec son doux murmure;
ici rient les fleurettes et l’herbe est fraîche, ici tout invite aux plaisirs de l’amour.
Viens, bien-aimé, parmi ces arbres cachés! Viens, je veux couronner ton front de roses!

Passez une bonne semaine!

Marijke Persijn