– Un air de Händel à la fin

Pendant le concert “Le Silence d’Hiver”, notre Trio MaGMa avait comme dernière aria “Se un dì m’adora” de Händel (1685-1759) de la Cantate “Mi palpita il cor”HWV 132a. Il l’a composé à Londres après 1710.

Je vous donne le texte en Italien et sa traduction:

Se un dì m’adora la mia crudele,
Contento allora il cor sarà, allor contento,
Allor contento il cor sarà, allor contento il cor sarà.

Che sia dolore, che sia tormente,
Questo mio più seno non saprà,
Questo mio seno più non saprà,
Che sia dolore, che sia tormento,
Questo mio seno più non saprà.

Si un jour cette cruelle m’aime,
Mon âme alors sera comblée.
Et la douleur comme un tourment,
Mon coeur ne les connaîtra plus.
Si un jour cette cruelle m’aime,
Mon âme alors sera comblée.

Je vous souhaîte beaucoup de plaisir avec la vidéo qu’Eric a fait.

Bonne semaine à vous,

Marijke Persijn

NB. A partir de 30 Mars 2020 ce site n’existera plus. Les vidéos du Trio MaGMa resteront disponible sur YouTube. Suivez ce lien.

– L’aria favorite de Gérard

L’aria favorite de Gérard Lambert est HWV 205 “Süsse Stille, sanfte Quelle”. Notre Trio MaGMa a vraiment aimé la musique de Georg Friedrich Haendel (1685-1759). C’est pourquoi nous avons souvent proposé sa musique pendant nos concerts. Je vous donnerai la traduction en français:

Doux silence, source exquise de quiétude sereine!
Tu réjouis mon âme même quand je vois en pensée,
Au terme de tant d’années
D’activité fiévreuse et vaine,
L’au-delà, et la paix
Qui nous est préparée de toute éternité.

Les Airs Allemands constituent les dernières pièces que Haendel a consacrées à des textes allemands. Façonnés avec l’art du rhétoricien accompli, hebités par un charme mélodique irrésistible, ces véritables bijoux de la littérature musicale baroque s’inscrivent à mi-chemin entre la divertissement destiné à un cercle semi-public et la musique destinée à l’édification spirituelle, au recueillement méditatif.

Alors, réjouissez la vidéo qu’Eric a enregistré pendant notre dernier concert “Le Silence d’Hiver” à Dochamps.

Bonne semaine à vous,

Marijke Persijn